La livraison est GRATUITE en France métropolitaine pour les commandes de plus de 12 bouteilles | Livraison disponible en Europe

Les principes de vinification du côtes de Provence rosé 

Contrairement à ce que beaucoup pensent, le vin rosé ne s’obtient pas en mélangeant du vin blanc et du vin rouge. Le principe de vinification est bien plus complexe, et répond à un processus strict. Vous aimeriez connaître les secrets de la vinification du Côtes de Provence rosé ? Partez à la découverte des techniques de fabrication et des caractéristiques du vin rosé.

 

La vinification du vin rosé

L’élaboration du vin rosé se fait à partir de différentes techniques, sélectionnées selon la maturité de la vendange, le cépage, ou encore le résultat recherché. La vinification comprend alors toutes les étapes de création, de la récolte à la mise en bouteille.

Le tri du raisin

Après la récolte manuelle ou mécanique du raisin, 3 étapes sont possibles avant le pressurage ou la macération.

  •   L’éraflage : séparer le raisin de la rafle (charpente de la grappe de raisin) est l’étape préliminaire à toute élaboration du vin rosé ;
  •   L’égouttage : on peut ensuite faire le choix de séparer le jus des matières solides ;
  •   Le foulage : il est également possible d’éclater les baies de raisin, pour en extraire le moût sans écraser les pépins.

Si l’éraflage est une étape indispensable, l’égouttage et le foulage sont optionnels, et dépendront de la technique de vinification choisie.

 

Les deux techniques de vinification du vin rosé

Pour réaliser du vin rosé, deux techniques sont principalement utilisées. Chacune d’elle aura alors un processus différent.

La macération pelliculaire

Après égrappage et foulage, le moût obtenu va macérer dans une cuve pendant 2 à 20 heures, à une température comprise entre 10 et 15 °C. Les pigments et les arômes présents dans la peau du raisin vont se mélanger au jus, lui donnant une jolie couleur rosée. Une fois que le vigneron obtient la couleur souhaitée, il passera à l’étape du pressurage, où le jus sera séparé des résidus solides (pépins et peaux).

Le pressurage direct

Cette technique vise à presser directement le raisin après vendange ou éraflage. Le pressurage est alors extrêmement lent, ce qui permet au jus de récupérer les pigments et arômes de la pellicule du raisin. Les vins rosés en pressurage direct sont généralement plus clairs que les vins rosés par macération pelliculaire.

 

Ces étapes permettent de récupérer un jus de goutte (obtenu suite à l’égouttage, avant pressurage), un jus de presse ou jus de saignée (obtenu après avoir retiré le jus de goutte, et pressé le marc de la cuve).

 

La fermentation

Après avoir suivi ces étapes, le jus obtenu est alors mis en fermentation, quelle que soit la technique utilisée. La fermentation est souvent précédée d’un débourbage, un processus qui consiste à clarifier le moût.

La fermentation alcoolique est un processus chimique qui transforme le sucre du raisin en alcool, sous l’action des levures. Elle peut être suivie d’une fermentation malolactique partielle ou totale, qui consiste à laisser les bactéries anaérobies transformer l’acide malique en acide lactique. Cela donnera un vin rosé plus souple et stable. Cette étape n’est pas indispensable pour un vin rosé ou un vin blanc.

 

Le soutirage, la conservation et la mise en bouteille

Pour terminer le processus, le soutirage (ou clarification), permettra d’éliminer les dernières particules solides, avant de mettre le vin en cuve pour la conservation. L’ultime étape sera la mise en bouteille.

 

La vinification du Côtes de Provence rosé

L’unicité du Côtes de Provence rosé réside en partie dans sa couleur si particulière, qu’il est difficile d’obtenir. Fabriquer un cru de qualité demande en effet un véritable savoir-faire.

Rosé de Provence : zoom sur une couleur délicate et difficile à obtenir !

Après avoir suivi les différentes étapes de la vinification du vin rosé, vous aurez compris que cette couleur si spécifique provient des pigments naturels contenus dans la peau des raisins noirs. Pour obtenir une couleur si élégante, et de tels arômes, il faut alors une maîtrise parfaite du contact entre la pulpe et la pellicule du raisin.

La macération ou le pressurage doivent être suffisamment longs pour permettre aux pigments de donner au vin cette robe rosée, mais assez courts pour ne pas gâcher la souplesse et l’élégance du vin avec des tanins trop marqués.

La vinification d’un Côtes de Provence rosé est alors un véritable savoir-faire, que les vignerons du domaine de Berne maîtrisent à la perfection.

Le nuancier des vins rosé de Provence

Vous l’aurez probablement remarqué, il n’existe pas une couleur unique pour les vins de Provence. Le nuancier est même large, et on distingue 6 couleurs principales pour le Côtes de Provence rosé : pêche, melon, mangue, pomelo, mandarine et groseille.

Ce classement de couleurs aux noms de fruits est une référence pour les producteurs et consommateurs qui recherchent un profil œnologique typique des vins rosés de Provence.

 

La fabrication d’un Côtes de Provence rosé nécessite une maîtrise absolue des techniques de vinification. Le Château de Berne vous invite à découvrir ce savoir-faire ancestral à travers une dégustation de vins rosés d’exception.