Le guide du vin pour débutant

Très présent dans nos vies, lors des repas conviviaux, des apéritifs entre amis, ou encore des événements importants, le vin est pourtant difficile à comprendre. L’oenologie est un vaste monde qui nécessite un peu de connaissances pour pouvoir en parler, choisir les meilleurs vins, et  les apprécier à leur juste valeur. Pour aider les plus novices d’entre nous, voici un petit guide du vin pour débutant.


Les 5 principales régions productrices de vin et leurs cépages

La viticulture est omniprésente en France, mais chaque région française ne produit pas le même type de vin. Chacune utilise des cépages particuliers. Nous pouvons alors distinguer 5 grandes régions de production de vin en France.

  • Le vin d’Alsace : étendue sur 15 600 hectares et répartie sur 2 départements, l’Alsace travaille essentiellement le Riesling, le Gewurztraminer, le Sylvaner, le Pinot noir, le Pinot blanc, le Pinot gris et le Muscat ;
  • Le  vin de Bourgogne : entre Mâcon et Auxerre, les 27 200 hectares de vignobles de Bourgogne produisent majoritairement du Chardonnay, du Pinot noir, du Gamay et de l’Aligoté ;
  • Le vin de Loire : avec 77 000 hectares de vigne, réparties sur 1 000 km de long, les vins de la Loire disposent de cépages tels que le Sauvignon, le Chenin, le Pinot noir, le Cabernet-Sauvignon, le Gamay et le Cabernet-Franc ;
  • Le vin de Bordeaux : avec ses vignobles de 118 000 hectares, la région bordelaise est la plus vaste région viticole de France. On y travaille surtout du Merlot, du Cabernet-Franc, du Cabernet-Sauvignon, du Sémillon et de la Muscadelle ;
  • Le vin de Provence : le vignoble, avec ses 27 000 hectares de superficie, dispose majoritairement de Syrah, de Grenache, de Mourvèdre, de Cinsault, de Cabernet-Sauvignon, de Tibouren et de Carignan.

Comment faire une dégustation de vin ?

Pour bien reconnaître les différents arômes du vin, et en apprécier toutes les saveurs, la dégustation du vin se fait dans un verre adapté, et se décline en 3 étapes. 

  • Observer le vin : l’approche visuelle d’un vin permet d’évaluer la robe  du vin, sa couleur, mais aussi sa fluidité et son épaisseur ;
  • Sentir le vin : l’appréciation olfactive se fait là aussi en deux étapes. Le premier nez permet de découvrir les arômes primaires venant du cépage, et le second nez dévoile les arômes secondaires et tertiaires ;
  • Goûter le vin : pour une meilleure appréciation des arômes, il est conseillé de grumer, c’est-à-dire d’aspirer un peu d’air en bouche, pour offrir une belle oxygénation du vin en bouche et permettre aux arômes de se libérer.

Déchiffrer l’étiquette d’une bouteille de vin 

Avant même de pouvoir mettre le vin en bouche, l’étiquette de la bouteille peut parfois donner de belles indications sur le caractère d’un vin. Ainsi, les mentions obligatoires indiquent :

  • La zone de production de l’AOP/AOC (Appellation d’Origine Protégée/Contrôlée) ;
  • Les coordonnées de l’embouteilleur, qui permet de savoir si c’est un vin de négociant, ou un vin de propriétaire indépendant ;
  • Le volume de la bouteille ;
  • Le degré d’alcool du vin ;
  • La mention “contient des sulfites” et le pictogramme déconseillant l’alcool durant la grossesse.

D’autres informations peuvent être données, comme le millésime ou les diverses récompenses obtenues, mais celles-ci restent facultatives.


Vin de garde ou vin à boire : comment savoir ? 

On distingue un vin à boire jeune d’un vin de garde à leur puissance. Un vin tannique et acide, avec une structure stable et solide sera plus apte au vieillissement. À l’inverse, les vins à boire jeunes n’ont pas la puissance nécessaire pour conserver toutes leurs qualités et leur structure dans le temps.

Pas de confusion pour autant, un vin à boire dans l’année ne signifie pas du tout qu’il soit moins bon qu’un vin de garde.

Pour apprendre à distinguer un vin de garde d’un vin jeune, il n’y a pas d’autre solution que de les goûter, pour les comparer. Vous saurez ensuite comment les reconnaître et estimer leur potentiel de garde.


Quels sont les nouveaux types de vins ?

La viticulture a grandement évolué ces dernières années, et on voit apparaître de nouvelles certifications du vin.

  • Le vin certifié bio : portant la notion AB (Agriculture Biologique), les vins bios sont issus de raisins cultivés en agriculture biologique, sans produit phytosanitaire d’origine chimique, comme les désherbants ou les pesticides ;
  • Le vin biodynamique : le vigneron en biodynamie respecte les cycles de la nature, dans le but de redynamiser les sols. Il se fie aux marées, ou encore à la lune, pour cultiver ses vignes et pour pouvoir prétendre au label Déméter ;
  • Le vin naturel : très fragiles, les vins naturels ne font l’objet d’aucun ajout de soufre, ni d’aucun intrant oenologique moderne.

Ce guide du vin pour débutant vous accompagne lors de vos premiers pas dans le monde du vin. L'oenologie est toutefois très complexe et dense, alors pourquoi ne pas vous rendre directement dans une cave ? Le Château de Berne vous accueille dans ses caves et son vignoble, pour une visite guidée complète.