Est-ce que le rosé est du vin ? – Château de Berne

JUSQU'À LUNDI SEULEMENT : LIVRAISON OFFERTE DÈS 69€ D'ACHAT - VALABLE EN FRANCE MÉTROPOLITAINE

Est-ce que le rosé est du vin ?

Qui n’a pas déjà entendu, au cours d’un apéritif en famille ou entre amis, que le rosé n’était pas du vin ? Cassons les idées reçues, et découvrons ensemble en quoi le rosé est un vin qui mérite toute notre attention.

 

Le processus de fabrication du vin rosé

Contrairement à ce que beaucoup pensent, le rosé n’est pas un mélange de vin rouge et de vin blanc. Bien plus subtil que ça, il répond à un processus de fabrication bien précis.

La macération

Le rosé est obtenu avec des raisins rouges, que l’on peut transformer de différentes manières. La première est la macération, une méthode qui consiste à laisser reposer le raisin écrasé dans son jus, avant d’en filtrer le liquide. Ce liquide ainsi obtenu constitue le rosé.

La macération permet d’avoir des vins rosés fruités, dont la couleur est obtenue par trempage des peaux rouges écrasées avec le jus incolore de la chair broyée. Plus la macération est longue, plus le vin rosé sera foncé.

La méthode de la saignée

La seconde technique employée pour obtenir un vin rosé est la méthode de la Saignée. Le vin de saignée est alors obtenu à partir d’une vendange de vin rouge mis en cuve, dans laquelle on prélève une partie du jus quelques heures après le début de macération. Le reste va continuer de tremper pour former du vin rouge, tandis que le liquide prélevé, ayant déjà pris une teinte rosée, sera vinifié à part.

La méthode de la saignée donne un rosé plus puissant et tannique, avec un goût plus riche.

 

Le vin rosé sec

Un vin rosé sec est un vin fruité et léger, qui contient moins de 4 grammes de sucre par litre. Obtenu à partir d’un mélange de plusieurs raisins, ce type de rosé est particulièrement fabriqué par des viticulteurs venus de France, ou d’Espagne. On obtient alors un vin à la structure peu imposante, et aux arômes fruités.

Plusieurs cépages sont propices à la fabrication de vins rosés secs. Parmi eux, nous pouvons nommer :

  • Le Grenache : avec ses arômes de fraise et de framboise, réhaussés d’une note de poivre blanc, le raisin de ce cépage produit des vins rosés faibles en tanins et en couleur ;
  • La Syrah : le grain de raisin sombre de ce cépage fournit un jus aux arômes de mûre et aux notes épicées de poivre noir ;
  • Le Mourvèdre : dégageant des arômes intenses de fruits noirs et de poivre, le Mourvèdre donne des rosés très colorés et pleins de fraîcheur ;
  • Le Cinsault : cépage utilisé en AOC cote de provence, donnant au rosé une robe de couleur pâle, et des arômes fruités.

 

 

Le vin rosé doux

Le vin rosé fruité et doux se distingue par sa teneur en sucre. Celle-ci peut être plus ou moins élevée, souvent comprise entre 4 et 45 grammes par litre. Le rosé doux offre ainsi un goût moins tannique que le rosé sec, mais riche en arômes de fruits mûrs.

 

Le prix et l’âge du vin rosé

Pour la majorité des vins rosés, il ne faut pas attendre longtemps avant de pouvoir les consommer. Cependant, il existe des rosés de garde qui peuvent aujourd’hui se conserver jusqu’à 10 ans ou plus. Ces vins sont en revanche moins accessibles en termes de prix.

 

Les couleurs, les nuances et les tonalités du vin rosé

Pour décrire la couleur et la vinification d’un vin rosé, plusieurs termes sont employés, mais 7 d’entre eux sont particulièrement reconnus. Vous pourrez ainsi décrire la robe d’un vin rosé à travers ces 7 couleurs : litchi, pêche, saumon, abricot, corail, framboise et cerise.

 

Les glucides et les calories du vin rosé

La plupart des vins rosés sont doux et fruités, et ont donc une forte teneur en sucre. Ils sont donc généralement plus riches en glucides et en calories que les vins rouges ou vins blancs secs. Ainsi, un verre de rosé doux contient entre 95 et 125 calories, et entre 1.5 g et 5.5 g de glucides.

Les vins rosés secs, tels que le côtes de Provence rosé, moins riches en sucre, sont aussi moins caloriques.

 

Les vertues du vin rosé pour la santé

Une équipe de chercheurs auraient mis en évidence une forte teneur en resvératrol dans le rosé. Antioxydant et anti-inflammatoire, ce composé préviendrait les maladies cardiovasculaires. Le vin rosé ne présente, par ailleurs, pas plus d’effet indésirable que le rouge ou le blanc.

 

Le rosé est donc bien un vin, au même titre que le rouge et le blanc, et possède une technique de fabrication qui lui est propre. Le Château de Berne vous invite à déguster ce qui se fait de mieux en rosé, avec une sélection de Côtes-de-Provence à vous faire oublier toutes les rumeurs sur le rosé.