Conversion biologique d'un vignoble : définition

Conversion biologique d'un vignoble : définition

Depuis quelques années déjà, les consommateurs français montrent un désir de plus en plus grand de se tourner vers des produits plus sains, que ce soit pour l'environnement ou pour la santé. Cette mutation concerne tous les secteurs agro-alimentaires, et notamment le monde du vin, où la conversion biologique des vignobles connaît un succès grandissant.

 

Viticulture bio : les prémices des vins biologiques

On ne peut parler de vin bio sans parler de viticulture bio. En effet, pour obtenir le fameux label "AB" (agriculture biologique) ou l'Eurofeuille, un vin doit être fabriqué avec des raisins issus de l'agriculture biologique.

Le cahier des charges de la certification bio impose quelques règles à appliquer sur tout le vignoble biologique, comme la limitation des intrants ou la restriction des produits chimiques de synthèse.

Depuis 2012, le label bio des vins ne se limite plus à la viticulture, et les techniques de vinification sont elles aussi réglementées.

 

Pourquoi les vignerons se lancent dans la conversion bio de leur vignoble ?

 

En limitant, voire interdisant, l'utilisation de techniques modernes, la viticulture biologique peut donner l'impression de faire un grand pas en arrière, en matière d'innovation. Pourtant, les techniques d'aujourd'hui sont très invasives, et altèrent parfois les qualités intrinsèques du vin, l'environnement, et la santé de l'Homme. Les avantages d'une conversion biologique sont alors déclinables à plusieurs échelles.

  • Le consommateur : en choisissant de boire des vins nature et issus de la filière bio, l'amateur de vin s'assure de déguster un produit meilleur pour sa santé, sans pesticide et sans produits phytosanitaires. Par la même occasion, il s'intègre dans une démarche de protection de l'environnement qui répond à des valeurs importantes liées aux conditions climatiques.
  • La planète : la production de vins biologiques limite la diffusion de produits chimiques dans le sol et dans les airs, et assure ainsi la préservation de l'environnement. Dans un vignoble bio, la nature retrouve ses propres cycles de saisonnalité, et la biodiversité se développe de manière équilibrée et saine, favorisant les arômes fruités caractéristiques ;
  • Le producteur : travailler une vigne bio est une démarche importante pour un domaine viticole, que ce soit d'un point de vue écologique, ou pour la mise en avant du savoir-faire du vigneron. L'exploitation, au-delà de produire des vins bio, devient également un exemple de gestion respectueuse des coûts de production, tout en préservant les pieds de vigne et en accentuant les notes de fruits dans le vin.

La conversion vers la viticulture biologique s'inscrit ainsi comme une belle exploitation des ressources naturelles, permettant de créer des vins biologiques de qualité, reflétant pleinement le terroir et répondant aux attentes croissantes des consommateurs engagés dans cette filière bio.

 

La conversion bio : comment ça marche ?

Pour passer à la viticulture biologique, le vigneron doit respecter une période de conversion de 3 ans. Ce passage progressif d'une agriculture conventionnelle à une production biologique permet de s'assurer que les sols et le vignoble en conversion retrouvent un équilibre naturel, sans aucune trace de produits de synthèse.

Trois années de conversion, c'est aussi généralement le temps nécessaire au viticulteur pour trouver un équilibre dans ses vignes. Ce travail se déroule alors en 2 étapes, durant lesquelles le producteur de vin devra trouver des alternatives aux produits chimiques.

  • Travailler le sol : utiliser des engrais naturels, procéder au labourage, pratiquer l'enherbement et utiliser du compost ;
  • Protéger la vigne : trouver des produits naturels pour limiter la prolifération des maladies et des ravageurs, tout en tenant compte des dosages autorisés. L'usage de pièges de phéromones et d'insectes prédateurs est efficace.

 

Conversion et rendement en chute libre : un mythe ou une réalité ?

De nombreux vignerons mal informés craignent de passer en agriculture biologique, car cela est souvent synonyme, pour eux, de baisse de rendement. Pourtant, avec une conversion bio parfaitement anticipée, cette diminution n'est pas une fatalité. C'est d'ailleurs pour cette raison, entre autres, que la réglementation impose un temps de conversion de 3 ans pour chaque vignoble français.

Cette durée permet au vigneron d'observer sa vigne et d'adapter ses techniques et les produits utilisés, pour conserver la totalité de ses hectares de vigne, et un rendement stable.

Bien sûr, il est forcément plus simple de conserver le même rendement avec un vignoble qui, initialement, avait un rendement faible ou modéré, que de garder un rendement fort. Mais, même si un vignoble en conversion biologique observe, à ses débuts, une baisse de rendement, les vignes reprennent souvent de la vigueur après quelques années, et sont plus résistantes face aux ravageurs.

 

La conversion bio des vignobles français répond à une volonté de prendre soin de soi et de l'environnement. Au Château de Berne, cette démarche écologique s'inscrit parfaitement dans les valeurs du domaine, qui fait confiance au terroir pour produire des  vins biologiques de Provence avec une belle typicité. 

 


Notre sélection de vins du moment

Épuisé
Vin Rosé 2021 AOP Côtes de ProvenceGrande Récolte
77,40 €
Carton de 6 bouteilles - 75 cl
Plus d'infos
Exclu web
Promo -34%
Vin Blanc 2017 AOP Côtes de ProvenceChâteau de Berne Grande Cuvée
Prix régulier 138 €Prix réduit91 €
Carton de 6 bouteilles - 75 cl
Plus d'infos
Vin Rosé 2022 AOP Côtes de ProvenceGrande Récolte
77,40 €
Carton de 6 bouteilles - 75 cl
Plus d'infos
Vin Rosé 2022 AOP Côtes de ProvenceUltimate Provence
119,40 €
Carton de 6 bouteilles - 75cl
Plus d'infos