rechauffement climatique vin

Le réchauffement climatique a-t-il un impact sur le vin ?

Qui n'aime pas profiter des belles journées chaudes et ensoleillées de l'été ? Il faut pourtant reconnaître que ces dernières années, les périodes de canicule rendent l'été particulièrement difficile à supporter, et les très fortes chaleurs viennent parfois gâcher les vacances. Nos organismes ne sont d'ailleurs pas les seuls à souffrir de la hausse des températures, et les vignerons remarquent des mutations plus ou moins franches dans les vignobles de toutes les régions viticoles. Découvrons alors quel est l'impact du réchauffement climatique sur le vin.

 

Réchauffement climatique : quels changements pour la vigne ?

Alors que tout le monde constate les effets du dérèglement climatique sur la planète, certains secteurs d'activité sont plus impactés que d'autres. Dans les vignobles et dans les chais, les aléas climatiques ont différents impacts.

Des vendanges de plus en plus précoces

Avec les étés caniculaires que nous subissons ces dernières années, la première répercussion d'une telle chaleur se constate lors du développement de la vigne. Dès l'arrivée du printemps, la croissance de la vigne est rapide, et les premiers bourgeons apparaissent de plus en plus tôt. Malheureusement, à cette période, les périodes de gel restent encore fréquentes, et mettent en péril la vigne.

De la même manière, quand arrive l'été, la floraison a également lieu plus tôt dans l'année. Si, en soit, cela ne pose pas non plus de problème, cette précocité expose aussi les fleurs au risque du gel, ce qui peut compromettre la totalité de la production de vin annuelle.

Enfin, si la chaleur peut être problématique, l'enjeu majeur du réchauffement climatique provient surtout du manque d'eau dans les vignobles, qui provoque un stress hydrique intense et dangereux pour les pieds de vigne.

Si les bourgeons et les fleurs résistent aux caprices du climat, les fortes chaleurs accélèrent alors la maturation du raisin, ce qui pousse les vignerons à procéder à des vendanges précoces. On estime qu'en 50 ans, la date des vendanges a avancé d'un mois.

 

Des ravageurs plus nombreux et plus résistants

Le second problème des conditions climatiques intenses auquel sont confrontées les régions viticoles, c'est le risque accru de maladies et de ravageurs. En effet, le climat chaud est particulièrement propice à la prolifération de certaines espèces de ravageurs de la vigne, comme la cicadelle. Dans cette même logique, leur comportement change aussi, et ils peuvent s'avérer plus résistants aux pesticides et avoir un cycle de vie plus long.

Face à cela, la vigne est fragilisée par la chaleur et le stress hydrique, ce qui la rend plus vulnérable face à des parasites toujours plus coriaces. 

La baisse de rendement est l'une des conséquences de ce fléau, mais la qualité de la récolte peut aussi s'en trouver amoindrie.

 

Un goût du vin modifié

Selon plusieurs spécialistes, la hausse des températures a un impact direct sur le goût et les caractéristiques des vins. On constate alors que la teneur en alcool et le taux de sucre sont généralement plus élevés, et l'acidité se fait moins présente. Cela s'explique par le fait que le grain de raisin est plus exposé au soleil, et accumule donc plus de sucre, qui est ensuite transformé en alcool. En 20 ans, le degré d'alcool des vins a augmenté de 2 %.

Certains experts ont même constaté que les nombreux incendies estivaux, liés à la sécheresse, peuvent donner un goût de fumée au vin.

 

Contrer les effets du réchauffement climatique avec de nouveaux cépages plus résistants

Pour faire face à ces perturbations climatiques, de nombreuses expérimentations sont en cours pour permettre d'introduire dans les vignobles de France des cépages plus résistants à la chaleur et au manque d'eau. Ainsi, plusieurs AOC ont reçu l'autorisation de l'Institut national de l'origine et de la qualité de tester 6 nouveaux cépages.

Le processus risque de prendre du temps (15 ans en moyenne), car cela nécessite d'effectuer de nombreux croisements successifs avant de trouver le cépage parfaitement résistant.

À moins long terme, d'autres experts s'essaient à l'utilisation du porte-greffe, qui consiste à greffer une plante sur un pied de vigne, afin que son enracinement aille plus en profondeur et capte mieux l'eau, pour nourrir le cep efficacement.

 

Dérèglement climatique : quelles solutions pour l'avenir ?

Nous savons tous que le réchauffement climatique est la conséquence directe des pratiques et habitudes de l'être humain. On comprend aussi qu'avec quelques gros efforts, il est possible de ralentir ce processus. C'est dans ce sens que l'accord de Paris a été adopté lors de la COP 21. L'objectif de ce traité international, voté en décembre 2015 et appliqué en novembre 2016, est de réduire massivement les émissions de gaz à effet de serre issues de l'activité humaine.

Sur le papier, il nous est demandé de faire suffisamment d'efforts pour que le climat n'évolue pas trop, avec une hausse des températures de 1,5 °C maximum d'ici 2050 (contre +2 à 2,5 °C pour les pronostics actuels les plus sombres).

Dans les faits, cet objectif semble plutôt utopique, puisque cela reviendrait à revenir à une émission de CO2 identique à celle que nous émettions en 1950. Il ne faut quand même pas oublier que la population a été multiplié par 3 depuis, sans parler de l'avènement de nombreuses technologies très polluantes dont nous aurions tous beaucoup de mal à nous passer définitivement.

 

Chaque geste compte

Loin de devenir défaitiste, l'Homme doit surtout prendre conscience de son rôle dans cette mutation, même à petite échelle. Alors, aucun geste n'est superflu pour offrir à chaque vignoble français des conditions de production les plus optimales possibles.

Dans les vignobles aussi, les acteurs majeurs du monde viticole s'engagent de plus en plus, en se tournant vers l'agriculture biologique. Plus respectueux de l'environnement, les producteurs de vin bio ont recours à des techniques moins invasives, qui permettent à la fois de réduire la production de CO2 et aider la vigne à mieux résister aux épisodes de sécheresse et de chaleur.

 

Le réchauffement climatique est au cœur des débats actuels, et source de nombreuses inquiétudes. Les vignerons tentent alors de trouver des alternatives pour aider au bon développement de leurs vignes. C'est en ce sens que le domaine de Berne a décidé de produire des vins biologiques respectueux de l'environnement et de la santé des consommateurs.


Notre sélection de vins du moment

Nouveau
Vin Rosé 2023 AOP Côtes de ProvenceGrande Récolte
77,40 €
Carton de 6 bouteilles - 75 cl
Plus d'infos
Promo -37%
Vin Rosé 2022 AOP Côtes de ProvenceGrande Récolte
Prix régulier 77,40 €Prix réduit49 €
Carton de 6 bouteilles - 75 cl
Plus d'infos
Exclu web
Épuisé
Vin Rosé 2021 AOP Côtes de ProvenceGrande Récolte
77,40 €
Carton de 6 bouteilles - 75 cl
Plus d'infos
Vin Blanc 2018 AOP Côtes de ProvenceChâteau de Berne Grande Cuvée
138 €
Carton de 6 bouteilles - 75 cl
Plus d'infos